Préambule :

         Les crises financières successives et leurs impacts sur la vie économique, sociale, culturelle et politique des sociétés ont montré les limites et les imperfections des systèmes économiques conventionnels. Ce qui a poussé plusieurs acteurs (pouvoirs publics, chercheurs…) à rechercher des alternatives et à réfléchir à un système économique plus stable et qui tient compte des valeurs éthiques de la société, un système dans lequel les facteurs économiques, politiques, sociaux et culturels contribuent ensemble à un meilleur épanouissement de la société.
         Dans le but de satisfaire les besoins fondamentaux des humains, le système économique islamique vise à instaurer une société dans laquelle les ressources sont utilisées de manière optimale et les richesses partagées de façon équitable. Les dimensions morales et religieuses, de justice sociale, de solidarité et de liberté économique contrôlée sont des éléments recherchées aussi bien que la rentabilité. D’où, la nécessité de l’analyse des relations existant entre ce système et le développement de la société.   
         En effet, l’économie islamique dont l’objectif primordial est l’instauration de la justice socio-économique considère que les ressources mises à la disposition des êtres humains doivent être utilisées de manière rationnelle et juste pour le développement de la société dans son ensemble.
Ainsi, si ce système adopte la liberté de la propriété, il instaure la Zakat un des piliers de l’économie islamique, pour établir une équité entre les différents acteurs de la société et pour contribuer à une bonne redistribution des revenus. Ce qui va soutenir positivement la création de richesses par l’accroissement de la consommation. Considéré comme une forme d’impôt social obligatoire, et versé aux nécessiteux (pauvres, indigents…)la Zakat traduit le rôle primordial accordé à la lutte contre la pauvreté et la vulnérabilité, objectif ultime de tout développement socio-économique.
         De même, le Waqf qui est une « sadaqa jarriya » et qui consiste à affecter volontairement des revenus pérennes au financement des activités à caractère religieux, économique et social, soutient l’Etat dans ses fonctions régaliennes en matière de développement humain comme les mosquées, les hôpitaux, les universités, les routes, etc. L’institution des Awqaf joue alors un rôle social très important en améliorant la qualité des services publics tout en allégeant les charges sociales de l’Etat, il s’agit plus d’un renfort que d’une alternative au rôle social de l’Etat.
         Pour rendre ce système économique fonctionnel, il doit être doté d’un système financier qui peut répondre aux exigences et à la complexité de la société moderne. Ainsi, la finance islamique, fondée sur les principes du partage des profits et des pertes, de l’adossement de tout financement à des actifs réels, de l’interdiction des activités illicites (l’alcool, la viande de porc, les armes...) introduit l’éthique et la morale dans les activités financières afin d’assurer l’intérêt des investisseurs et celui de l’ensemble de la communauté. Composé des banques islamiques, des assurances Takaful, des marchés boursiers conforme aux normes de la Charia, des fonds d’investissement et des Sukuk, ce système est toujours à la recherche des solutions innovantes, respectant les fondements de la Charia, pour être à la hauteur de ces concurrents.
        L’objectif de ce colloque international est de permettre aux chercheurs, universitaires, experts, professionnels… d’échanger leurs idées, leurs réflexions et leurs points de vue sur le Système Economique Islamique et son rôle dans le développement économique et social et de trouver des solutions pour une contribution positive de ce système à l’économie sans, pour autant, entrer en conflit avec le système actuel.

Les communications doivent s’inscrire dans le cadre général qui comporte les thèmes suivants :

  • La zakat en tant que modèle d’économie sociale, solidaire et coopérative, pour lutter contre l’inégalité et pour améliorer le bienêtre des couches défavorisées ;
  • Missions socio-économiques et mode de fonctionnement de l’Institution des Awqaf ;
  • Institution des Awqaf comme un modèle d’entrepreneuriat social spécifique à l’économie islamique ;
  • Les banques participatives centres d’attraction d’une épargne marginalisée et source d’investissement et de financement de la société ;
  • L’assurance Takaful élément de stabilité du système financier islamique et outil indispensable de gestion desrisques financiers ;
  • Les Sukuk et les Fonds d’investissement islamique source de financement des grands projets et levier d’investissement participatif ;
  • Les marchés financiers respectant les normes de la Charia et leurs rôles dans le développement et la réussite du système financier islamique.

Calendrier 

  • 23 juillet 2017    :        Date limite pour la soumission des contributions ;
  • 6 août 2017    :       Réponse aux auteurs des communications proposées ;
  • 10 septembre 2017 : Date limite pour la soumission des communications définitives et la confirmation de la participation ;
  • 12,13 et 14 Octobre 2017 : organisation du colloque.